Télécharger l'appli Radio ISA

[LIVE] Maëlys : l'appel des parents au suspect


[LIVE]

L’enquête sur la disparition de Maëlys De Araujo se poursuit à Pont-de-Beauvoisin. La fillette de 9 ans participait à un mariage quand elle s’est volatilisée vers 3 heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche. Les recherches continuent sur le terrain. Un suspect de 34 ans a été mis en examen pour enlèvement et séquestration. Il a été écroué. Une trace d'ADN de la fillette a été retrouvée dans sa voiture. Suivez notre live.

Lundi 18 septembre 2017

21h
: Une enquête pour tentative d'escroquerie a été ouverte par le Parquet de Lyon après qu’un escroc se soit fait passer pour la mère de Maëlys. Cet homme a essayé en envoyant des mails de soutirer de l’argent pour soit disant "élargir les recherches" concernant la fillette portée disparue depuis le 27 août à Pont-de-Beauvoisin Isère. C’est un lyonnais de 57 ans qui a reçu un mail douteux et qui a alerté les gendarmes. 

Jeudi 14 septembre 2017

17h30: De source pénitentiaire, nous apprenons que le suspect de 34 ans a été transféré aujourd'hui à la prison de Saint-Quentin Fallavier,
où il a été placé en cellule d'isolement. Depuis son incarcération à la maison d'arrêt de Varces, il avait subi des menaces de mort de la part d'autres détenus. Parallèlement, son frère a confié ce matin à Radio ISA que des "menaces de mort nombreuses, et pas uniquement via les réseaux sociaux" sont proférées régulièrement à son encontre et celle de ses parents.  

11h30: Le suspect a été filmé par une caméra de vidéo-surveillance le lendemain du mariage en train de laver sa voiture dans une station de lavage pendant 1h30. "Il a frotté très longuement son véhicule et insisté sur la porte avant côté passager" nous indique une source proche de l'enquête. Le suspect a justifié ce nettoyage par une vente de la voiture prévue le lendemain. 

10h : Le frère du suspect de 34 ans, mis en examen et écroué, continue de clamer  l'innocence de ce dernier. Il dénonce "un acharnement médiatique et judiciaire" à l'encontre de sa famille. 

Ecoutez l'interview du frère du suspect (réalisée par Caroline Fréchet) 

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.



9h : Une source proche du dossier nous confirme une information relatée ce matin par nos confrères du Dauphiné Libéré: "un deuxième téléphone portable appartenant au suspect a borné à 5 kilomètres de la salle des fêtes de Pont de Beauvoisin Isère lors de la soirée, à un moment où il a prétendu s'y trouver. Un nouvel élément troublant dans ce dossier". Cette ligne téléphonique a été résiliée le lundi suivant le mariage. 

Mercredi 13 septembre 2017

18h45 :  Les recherches ont continué dans le lac d'Aiguebelette et dans le lac de Romagnieu. Elles n'ont rien données. Selon nos informations, elles vont désormais se poursuivre dans le cadre du service normal de gendarmerie et en fonction de l'avancée de l'enquête judiciaire. Les gendarmes de Pont de Beauvoisin Isère, du Peloton de Surveillance et d'Intervention de la gendarmerie de la Tour du Pin seront sollicités tout comme les 12 enquêteurs de la cellule enquête amenés à faire des recherches ciblées. Des maîtres-chiens, plongeurs et gendarmes du Peloton de Haute-Montagne de l'Isère avec leur hélicoptère sont susceptibles d'intervenir au coup par coup. 

15h: Les parents de Maelys ont été reçus pendant deux heures ce mercredi matin à Grenoble par les deux juges d'instruction chargés du dossier. Ils sont revenus sur la chronologie de  la soirée du mariage et un point leur a été faite sur l'enquête. Les juges ont comparé les deux versions sur le déroulée de la soirée: celle du suspect et celle de la maman de Maelys. 

Mardi 12 septembre 2017

18h30 : Les recherches dans le lac d'Aiguebelette reprennent demain.

12h : "Les parents de Maëlys en appelent au suspect pour qu'il parle. Il doit dire rapidement où se trouve leur enfant" nous déclare ce mardi matin Maître Fabien Rajon. "Ils sont désormais convaincus de la culpabilité du mis en examen et attendent la vérité" avance l'avocat des parents de Maëlys. 

11h : Les recherches ont repris au Lac d'Aiguebelette. Les gendarmes finissent de sonder les eaux du lac à l'aide des sonars. 

Lundi 11 septembre 2017

18h30 :
Aidés de sonars performants provenant de Suisse et d'Alsace, les gendarmes ont sondé les trois quarts du Lac d'Aiguebelette, profond par endroit de 70 mètres. Un lieu très fréquenté par le suspect et où ses parents possèdent un cabanon et un bateau. 

8h30 : La cagnotte lancée par d’anciennes camarades d’école d’infirmière de la maman de Maëlys, atteint déjà près de 33 000 euros ce lundi matin, avec près de 1400 participations.

Dimanche 10 septembre 2017

14h30 : Une cagnotte en ligne a été lancée par d’anciennes camarades d’école d’infirmière de la maman de Maëlys, pour permettre aux parents de la fillette de se « consacrer entièrement à leur famille sans craindre la perte de revenus ». Ce dimanche après-midi, elle comptabilise déjà plus de 26000 euros. Plus de 1130 personnes ont déjà participé.

"Nous sommes d'anciennes camarades de promo de l'école d'infirmières de la maman de Maëlys et nous avons décidé de nous rassembler pour manifester notre soutien à notre collègue et amie. Nous avons créé cette cagnotte pour permettre aux parents de Maëlys de se consacrer entièrement à leur famille en ce moment, sans craindre la perte de revenus. Nous vous proposons de manifester également votre soutien à cette famille."



12h30 : Dans un entretien accordé au « Dauphiné Libéré », Fabien Rajon, l'avocat des parents de Maëlys, évoque le « supplice » enduré par ses parents, et livre leur version des faits. Il raconte notamment que quand sa fille a disparu, la mère de la fillette « a immédiatement cherché sa fille bien sûr, mais aussi un homme dont le comportement pendant la soirée lui avait semblé étrange ».

« Selon la maman, pendant la soirée, Maëlys lui a décrit cet homme comme son “copain” et l’aurait désigné comme son “tonton” à un invité du mariage. Cet homme aurait discuté avec la petite Maëlys, montrant à la fillette et à sa mère des photos de ses chiens sur son téléphone. La maman est ensuite partie, laissant la conversation entre Maëlys et cet invité se poursuivre quelques minutes. Autre fait troublant : la maman de Maëlys m’indique qu’au moment où, avec le papa et d’autres invités, elle recherche sa fille, elle tombe justement sur cet individu dehors. Ce dernier ne semblait pas spécialement concerné par les recherches, ni vraiment inquiet du sort de la fillette… ».

Vendredi 8 septembre 2017

12h :
Pour le troisième jour, les Gorges de Chailles sont explorées par les gendarmes pour les recherches qui sont très "longues et fastidieuses en raison du relief très tortueux" de ce canyon de l'avant-pays savoyard. 

Jeudi 7 septembre 2017

15h :
Les recherches ont repris dans le canyon des Gorges de Chailles. Un hélicoptère de la gendarmerie a été appelé en renfort pour fouiller cet endroit très escarpé.

Mercredi 6 septembre 2017

18h :
Les recherches sont désormais menées dans les Gorges de Chailles, un canyon situé entre Saint-Béron et Saint-Franc. Des militaires du Peloton de gendarmerie de haute montagne ont été mobilisés pour effectuer des descentes en rappel.

16h : Après le lac d'Aiguebelette ce matin, c'est le Guiers à hauteur de Saint-Béron en Savoie qui est exploré. 

9h : Selon nos informations, trois plongeurs de la brigade nautique d'Aix-les-Bains et trois autres de la brigade de Valence effectuent dès ce matin des recherches dans les eaux du lac d'Aiguebelette, dans le cadre des recherches de Maelys. Ils ne seront pas "pour l'instant" épaulés par un sonar suisse habitué à intervenir sur ce lac de l'avant-pays savoyard où le suspect a ses habitudes notamment pour des balades avec ses chiens. 

Mardi 5 septembre 2017

20h15 :
Les forces de l'ordre mobilisés toute la journée pour cette longue perquisition quittent la maison des parents du suspect à Domessin et lèvent les barrages. 

18h45 : La perquisition qui a débuté en milieu de matinée à Domessin se termine. L'accès est toujours bloqué par les barrages de gendarmes. Les journalistes sur place attendent la sortie du fourgon transportant le suspect. 

18h30 : Fabien Rajon, l'avocat des parents de Maelys, précise à Radio ISA, qu'en l'état, aucune interview ne sera accordée suite à ce communiqué. Les parents ont fait le choix de se constituer partie civile pour avoir accès au dossier. 

16h50 : Les parents de Maëlys se constituent partie civile devant le tribunal de Grande Instance de Grenoble. S’ils ne veulent pas s’exprimer pour l’instant devant la presse, ils souhaitent tout de même préciser, via un communiqué de leur avocat, le maire turripinois Fabien Rajon, et en réponse à des informations récemment diffusées, qu’"aucun lien proche ou lointain n’a existé ou n’existe entre le père de Maëlys et l’actuel suspect". Ils remercient les personnes qui se sont portées volontaires afin de rechercher leur fillette disparue et tous ceux qui les soutiennent dans cette épreuve. Les parents encouragent toute personne susceptible de détenir une information utile à se rapprocher sans tarder des services de l’enquête. Selon nos informations, ils restent actuellement en Nord-Isère avec leur fille aînée dans l'attente d'éléments concrets dans la disparition de Maelys. 

communiqu___presse_fabien_rajon.PNG

15h15 : Maître Bernard Méraud nous indique qu'il n'assiste pas son client lors de cette perquisition à Domessin. "Je n'ai pas de date précise pour une prochaine audition" a ajouté le conseil morestellois. 

13h15 : Le suspect est sur place à Domessin aux côtés des deux juges d'instruction chargés du dossier. Les gendarmes de l'IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) travaillent sur place dans et autour de la maison. 

12h : Les gendarmes menent une perquisition dans la maison des parents du suspect à Domessin en Savoie. Elle a débuté en milieu de matinée. Les techniciens de l'identification criminelle ont investi les lieux à la recherche du moindre indice, d'une éventuelle trace de sang ou d'ADN de Maelys. Les proches du suspect de 34 ans mis en examen et écroué dimanche pour enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineure de 15 ans, ont été entendus à nouveau par les enquêteurs. 

Lundi 4 septembre 2017

18h30 : Face au traumatisme à Pont de Beauvoisin après la disparition de la petite Maëlys, des mesures ont été prises pour rassurer la population. 10 gendarmes de Pontcharra ont été appelés en renfort pour ces prochains jours. Ils seront présents aux abords des écoles aux heures de rentrée et de sortie des enfants.

10h30 : "Au cours de la soirée Maelys a vu sur son téléphone portable qu'il avait des chiens et avec un autre enfant, elle est montée dans la voiture de mon client mais les chiens n'y étaient pas" déclare Maître Méraud à Radio ISA pour expliquer "la trace ADN retrouvée sur le tableau de bord de l'Audi A3 du suspect". Selon l'avocat, "les deux enfants ont eux-mêmes demandé à monter dans le véhicule de mon client pour voir s'il y avait des chiens" alors qu'il fumait une cigarette devant sa voiture.
    
Concernant son départ au cours de la soirée "pour se changer après une tâche de vin sur son short", l'homme justifie que ce short soit introuvable par le fait qu'il "était dégueulasse et qu'il l'a jeté ! avance Maître Méraud.

Les griffures sur un bras et un genou ? "Vu la nature des griffures, la thèse qu'il s'est fait ça en taillant des framboisiers me paraît tout à fait plausible" commente Bernard Méraud. 

L'avocat explique ce changement de version par une garde à vue de 45h et une "démarche psychologique lui faisant penser qu'il n'était pas opportun d'évoquer ces faits". 


10h : Le suspect écroué dimanche soir après sa mise en examen a reconnu que Maelys est monté dans sa voiture le soir de sa disparition, annonce son avocat Maître Bernard Méraud.  

Dimanche 3 septembre 2017

23h15 : Nouveau rebondissement: le premier homme gardé à vue et relâché vendredi, a été mis en examen et placé en détention provisoire.


Il a de nouveau été entendu ce dimanche après la réception des prélèvements scientifiques effectués dans sa voiture. Des traces ADN de Maelys auraient été retrouvées dans l’habitacle. Cet homme de 34 ans domicilié à Domessin, une connaissance du marié qui avait été invité au vin d’honneur et au dessert du mariage, a encore contesté les faits dimanche selon un communiqué du parquet de Grenoble. "Ses dénégations et ses explications n'ont pas convaincu les juges" qui ont décidé de le mettre en examen pour enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineure de 15 ans, avant de le placer en détention provisoire. Malgré cette avancée dans l'enquête, Maelys est toujours portée disparu. 

Communiqué de presse du Parquet de Grenoble: 

communiqu___presse_parquet_grenoble_MAELYS.PNG

17h : A J+7 de la disparition de Maelys, les gendarmes de la compagnie de la Tour du Pin épaulés par la Brigade Motorisée des Abrets et de la Compagnie de Chambéry, ont effectué des contrôles de "flux" entre 2h et 5h du matin ce dimanche sur les axes proches de la salle des fêtes de Pont de Beauvoisin Isère. Des contrôles d"identités et des relevées de plaque d'immatriculation ont été effectués pour être transmis à la cellule enquête. L'objectif est de vérifier quels sont les véhicules qui ont l'habitude de circuler sur ce secteur aux horaires de la disparition de la fillette de 9 ans. "On ne baisse pas les bras et nous continuons à y croire. Nous effectuons un travail de fond pour faire ressortir l'indice qui sera déterminant. L'enquête progresse grâce à un gros travail, 24h sur 24h" nous confie une source proche du dossier.  

11h : Après la grande mobilisation citoyenne de samedi qui a réunit plus de 1000 participants, des petits groupes ont continué râtissé les bois et les berges du Guiers ce dimanche de leur propre initiative. 

10h : Des plongeurs continuent de sonder les innombrables retenues d'eau dans le secteur de Pont de Beauvoisin. Un travail qui "prend beaucoup de temps" relève une source proche de l'enquête. 

Samedi 2 septembre 2017

16h15 : Laurent Becuywe, procureur adjoint de la république de Grenoble, vient de s'exprimer en conférence de presse. Il a rappelé que "l'objectif absolu prioritaire est de retrouver Maëlys".
On apprend par ailleurs qu'une information judiciaire a été ouverte contre X pour enlèvement et séquestration d'un mineur de moins de 15 ans. Deux juges d'instruction ont été saisis.
Le procureur adjoint a aussi affirmé qu'"aucune piste n'est exclue". Les recherches sur le terrain continuent. A ce jour, "plus de 200 personnes ont été auditionnées, une quarantaine de perquisitions ont été effectuées".
Les deux suspects ont été relâchés ce vendredi soir, parce-que "les charges suffisantes n'ont pas été réunies en l'état. Je dis bien, en l'état".

12h : La battue citoyenne se poursuit. Elle a mobilisé entre 1000 et 1300 personnes à Pont de Beauvoisin et ses environs. Le standard des gendarmes est saturé d'appels qui ne sont pas pertinents, pour le moment. 




10h50 : L'enquête semble donc actuellement au point mort, et Maelys demeure introuvable 7 jours après sa disparition lors d'une soirée de mariage organisée à Pont de Beauvoisin Isère. 

10h45 : "Il n'y a pas eu de confrontation physique entre les deux hommes lors de leur garde à vue" assure Maître Méraud. 

10h30 : "Aucune charge n'a été retenue contre mon client qui n'a cessé de dire qu'il était étranger à cette affaire"
explique Maître Bernard Méraud, avocat du premier gardé à vue relâché. Cet homme de 34 ans été libéré à 22h vendredi soir après 36 heures passées en garde à vue. "C'est un grand, grand soulagement pour lui car à un certain moment, il a commencé à s'interroger pour savoir comment il allait sortir de cet engrenage. Il sentait qu'il allait être broyé par la machine " poursuit Maître Méraud. 

10h : Dietlind Baudoin, Procureur de Bourgoin-Jallieu, confirme à Radio ISA qu'elle s'est dessaisie du dossier vendredi soir au profit du Parquet de Grenoble. 

9h30 : Plusieurs centaines de personnes ont débuté à Pont de Beauvoisin la grande battue citoyenne organisée via Facebook. 

9h15 : On apprend que les deux hommes placés en garde à vue dans l'enquête sur la disparition de Maelys ont été relâchés. A ce stade de l'enquête, aucune charge n'a été retenue contre eux. Les investigations vont donc se poursuivre. 

Vendredi 1 septembre 2017

20h :
Cette battue citoyenne sera accompagnée par un peloton de gendarmes mobiles apprend-t-on ce soir. D'autres gendarmes mobiles iront à la fête de la ruralité à Pressins, commune tout proche de Pont de Beauvoisin. 

18h15 : Si les recherches de gendarmeries continuent, un collectif a décidé (avec l’accord des enquêteurs) d’organiser une battue ce samedi matin. Les informations sont communiquées via la page Facebook « Recherchons et retrouvons Maëlys tous ensemble ».
 
Les fouilles commenceront à partir de 8 heures. Le rendez-vous est fixé sur le parking du lycée Charles-Gabriel Pravaz. La barre des 1 000 personnes ayant annoncé leur participation aux recherches a été franchie ce vendredi soir. 

18h: Les déclarations des deux suspects gardés à vue qui se connaissent vont être confrontées par les enquêteurs. Les gendarmes veulent clarifier leur emploi du temps le soir de la disparition. 

14h : Maître Bernard Méraud, avocat morestellois du premier homme de 34 ans dont la garde à vue a été prolongée réagit pour Radio ISA au placement en garde à vue d'un deuxième individu. "Cela pourra peut-être permettre de lever les zones d'ombres et d expliquer les contradictions sur le planning de mon client. Visiblement il n'y a que lui qui n'est pas très précis sur son emploi du temps".
L'avocat confirme aussi que son client est une connaissance du marié qui était présent à la salle des fêtes de Pont de Beauvoisin Isère pour le vin d’honneur qui est revenu pour le dessert.
Selon Maître Méraud, l'homme nie toute implication. Maelys ? "il dit l'avoir simplement croisé lors de la soirée comme l'ensemble des convives".
Le suspect affirme qu'il était en train de fumer à l’extérieur de la salle polyvalente lorsque le DJ a annoncé la disparition de Maelys. Il reconnait s’être absenté au cours de la soirée pour des raisons qui paraissent "plausibles" selon son avocat qui ne souhaite pas les dévoiler. Le suspect a reconnu avoir nettoyer sa voiture le lendemain du mariage "pour la vendre le surlendemain" selon Maître Méraud. Des prélèvements effectués dans ce véhicule jeudi sont en cours d'analyse. 


12h45 : Dietlind Baudoin rappelle qu'"à ce stade aucune piste ne peut encore être privilègiée ou écartée". Les investigations et recherches sur le terrain pour trouver Maelys se poursuivent. 

12h40 : "Un homme également âgé de 34 ans a été placé en garde à vue ce matin à 10h45 afin de confronter les déclarations de ces deux individus" annonce la magistrate qui confirme aussi que la garde à vue du premier suspect a été "prolongée par décision prise jeudi soir"

12h37 : Dietlind Baudoin procureur de Bourgoin-Jallieu confirme le placement en garde à vue d'un deuxième suspect 

11h50 : Un deuxième homme a été placé en garde à vue
selon une source proche du dossier cité par l'AFP. Il est également âgé de 34 ans et il s'agit "de vérifier des déclarations qui comportent des contradictions". Selon plusieurs sources, il pourrait s'agir d'un ami du premier suspect. 

11h30 : Les recherches citoyennes prévues demain dès 8h au départ de la mairie de Pont de Beauvoisin Isère, que nous avions évoqué dès mercredi, s’organisent. Déjà 800 participants se sont fait connaître sur la page facebook "Recherchons et retrouvons Maelys tous ensemble"

11h15 : le dispositif de recherches est plus allégé et ce matin des plongeurs ont continué à sonder les étangs du secteur de Reculfort. Les gendarmes mobiles restent à la disposition des enquêteurs pour effectuer d'éventuelles vérifications qui découleraient de l'audition du suspect dont la garde à vue court désormais jusqu'à 10h20 samedi. Pour l'heure il nie être impliqué dans la disparition de Maelys. 

8h : La garde à vue de l'homme de 34 ans a été prolongée dès jeudi soir nous annonce son avocat Maître Bernard Méraud, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Le suspect interpellé jeudi à 10h20 continue d'être interrogé ce vendredi par les enquêteurs dans les locaux de la gendarmerie de la Tour du Pin. Par ailleurs, les recherches reprennent ce matin sur un périmètre plus élargi avec toujours le concours de 57 gendarmes mobiles de Maison Alfort. 

Jeudi 31 août 2017

20h10 résumé de la journée de jeudi :
Un homme de 34 ans a été placé en garde à vue en milieu de matinée. Dans un communiqué de presse le procureur de Bourgoin-Jallieu Dietlind Baudoin a indiqué que l’homme était bien présent au mariage et au moment de la disparition. Les enquêteurs veulent « clarifier l'emploi du temps de cette personne qui s'est absentée de la soirée [pendant] les créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys  ». Dietlind Baudoin appelle à la prudence et affirme qu’il ne faut pour le moment « tirer aucune conséquence hâtive de cette garde à vue »

L’AFP, citant une source proche du dossier, explique que ce suspect connu pour des infractions de droit commun, notamment pour stupéfiants et des dégradations, est une connaissance du marié et du père de Maelys. Invité pour le dessert, il était arrivé à la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin tard dans la soirée.

Selon la chaîne d’information en continu BFM TV, les enquêteurs ont perquisitionné le domicile du suspect et réalisé des prélèvements. Selon nos éléments, ces investigations ont été menées à Domessin en Savoie, dans la maison où le suspect vit avec ses parents. Les gendarmes cherchent à savoir si la jeune fille est passée par cette demeure après sa disparition. Les résultats seront connus dans plusieurs jours. 

Sur le terrain les fouilles se sont poursuivies ce jeudi jusqu’en fin d’après-midi, toujours sans succès. Selon nos informations des plongeurs ont sondé les étangs du hameau de Reculfort et la rivière Guiers côté Savoie. Des battues se sont tenues dans un rayon d’un kilomètre autour de la salle polyvalente, une brigade cynophile a tenté une nouvelle fois de retrouver la trace de Maëlys mais le chien n’a flairé aucune piste. Des patrouilles ont également sillonné les secteurs des Abrets et de Saint-Albin-de-Vaulserre.
 
Les renforts de gendarmerie arrivés mercredi de région parisienne reprendront leur mission vendredi matin autour de Pont-de-Beauvoisin. Ces gendarmes mobiles restent 24h supplémentaires pour épauler leurs collègues isérois. Des secteurs plus éloignés et plus vastes seront ciblés ce vendredi pour les recherches. 


19h10 : Selon une source proche l’enquête, le suspect placé en garde à vue depuis ce matin est une connaissance récente du marié. L'individu serait arrivé à la salle des fêtes tard dans la soirée et serait également connu pour des infractions de droit commun. Selon nos éléments, des investigations ont été menées cet après-midi à Domessin en Savoie où réside l'homme placé en garde à vue. Il y vit avec ses parents. 

16h40 : Selon une source proche du dossier et citée par l'AFP, le suspect serait un ami du marié et du père de Maelys. Il aurait été invité pour le dessert et serait donc arrivé à Pont-de-Beauvoisin tard dans la soirée.

15h45 : BFM TV indique qu'une perquisition a eu lieu au domicile du suspect. Les enquêteurs ont effectué de nombreux prélèvements pour savoir si Maelys est passée par cette habitation après sa disparition. Les résultats seront connus dans plusieurs jours. 

13h30 : "Un homme de 34 ans a été placé en garde à vue à 10h20. Cette personne était présente au mariage au moment de la disparition de la jeune Maëlys De Araujo" annonce Dietlind Baudoin, le Procureur de Bourgoin-Jallieu dans un communiqué. "Il convient toutefois de rester prudent et de ne tirer aucune conséquence hâtive de cette garde à vue qui a pour objet essentiel de clarifier l'emploi du temps de cette personne qui s'est absentée de la soirée sur des créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys" ajoute la magistrate. 



11h30 : Dans le même temps, les recherches menées ce matin à Pont de Beauvoisin et ses environs pour retrouver la fillette de 9 ans ont été stoppés vers 11h15. Elles vont reprendre cet après-midi. Ce matin, les gendarmes de la région parisienne appelés en renfort ont inspecté sous la pluie les berges du Guiers. Une vingtaine de gendarmes continuent d’aller à la rencontre de la population en voiture sur une zone élargie. 

11h15 : Selon l’AFP, un homme de 34 ans a été placé en garde à vue ce matin. Rappelons que 250 personnes sont audtionnées dont 70 qui participaient samedi soir à deux fêtes organisées à quelques centaines de mètres de la salle polyvalente, respectivement à la maison paroissiale et dans un bar.
BFM TV affirme que « les déclarations de cet homme aux gendarmes comportent des incohérences et des affirmations dont les enquêteurs sont à même de démontrer qu'elles sont fausses ».

11h : Un homme de 24 ans a été placé en garde à vue ce matin dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Maelys. 

9h : Les recherches ont repris ce jeudi matin autour de Pont de Beauvoisin, 5 jours maintenant après la disparition de Maelys. Les 57 gendarmes mobiles venus en renfort de la région parisienne inspectent à pied le long du Guiers, à l’est de la salle des fêtes où a disparu la fillette de 9 ans. Une vingtaine de ces gendarmes va effectuer des recherches en voiture dans un secteur plus large, allant à l’ouest jusqu’aux Abrets et au sud jusqu’à Saint Albin de Vaulserre. Trois plongeurs vont finir de sonder les étangs et mares dans le hameau de Reculfort. Hier des spéléologues ont exploré sans succès un puits près de la salle polyvalente. 


Mercredi 30 août 2017

17 heures 
: une page Facebook a été créée « Recherchons et retrouvons Maëlys tous ensemble ». Avec l’accord de la gendarmerie, le collectif va organiser une battue citoyenne ce samedi matin à 8 heures. Le rendez-vous est fixé devant la mairie de Pont-de-Beauvoisin Isère avant un départ en recherche sur les communes voisines.  

"On est actuellement en train de quadriller la zone par secteur de recherche. 15 personnes par zone donc plus il y aura du monde et plus on aura des zones à ratisser. On est en train de calculer le périmètre idéal pour une recherche efficace pour 15 personnes. La distribution des zones et par groupe se fera de 8 à 10h devant la mairie. Ce qui viendront plutard pourront se joindre à des groupes déjà en place. On mettra plus de détails demain en fonction des prévisions météo et d'effectif sur les intentions de participation en ligne. Merci."




16h : Les recherches se poursuivront demain (Jeudi 31 août) sur un périmètre plus élargi. Elles seront concentrées autour du Guiers, notamment sur la partie "savoyarde" de la rivière du côté de Pont de Beauvoisin Savoie. 

15h55 : Hormis les 60 militaires venus en renfort qui intensifient leurs recherches sur les zones "nature", 20 autres gendarmes continuent d'aller au contact de la population de Pont de Beauvoisin et ses alentours pour essayer de déceler le moindre indice. 

15h45 : "Pour le moment, les divers effets personnels retrouvés dans les bois ce matin, à l'image d'une brosse à cheveux, ne semblent pas en lien avec cette disparition" nous indique une source proche du dossier. 

14h45 : Les recherches continuent cet après-midi à Pont-de-Beauvoisin. Les gendarmes sont en quête du moindre indice pouvant faire évoluer la situation et n'hésitent à fouiller "jusqu'aux bennes à ordures". Au total, 150 gendarmes sont mobilisés dont 57 arrivés dans la matinée de la région parisienne qui selon nos informations resteront sur place jusqu'à jeudi soir



11h20 : Les gendarmes viennent de finir le ratissage des zones boisées et parfois très escarpées, proches de la salle des fêtes. Une brosse à cheveux a été retrouvée mais rien n'indique qu'elle ait un lien avec cette disparition. Deux étangs ont aussi été sondés par trois plongeurs de la brigade nautique d'Aix les Bains. 

21199785_1555539754510214_8189472373605476915_o.jpg


Les gendarmes en rang serré scrutent le moindre recoin pour éviter de manquer tout détail nécessaire à l'enquête. 

ratissage_gendarmes.PNG



9h15 : Les recherches ont repris ce mercredi 30 août 2017. Les gendarmes poursuivent leurs recherches dans les bois environnants de la salle des fêtes (voir ci-dessous). Ils vont " passer au peigne très fin le moindre morceau de terrain" nous annoncent les militaires.

Au total, 150 hommes sont mobilisés sur l'enquête pour tenter de retrouver Maelys. Les gendarmes isérois ont reçu l'appui d'un escadron de gendarmerie mobile mis à disposition par Paris (57 hommes en provenance de Maison-Alfort dans le Val de Marne).

21122585_671911509667960_6546530474438554858_o.jpg


Mardi 29 août 2017

15h : Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Dietlind Baudoin, procureure de Bourgoin-Jallieu: 

- "Au regard du temps écoulé et des importants moyens vainement engagés, si la piste accidentelle n'est pas écartée, la piste criminelle n'est plus écartée"

- 140 des 180 personnes présentes au mariage ont été auditionnées. Des photos et vidéos de la soirée ont été examinées

- Deux soirées étaient organisées en même temps que le mariage: à la salle paroissiale à 350 mètres de la salle des fêtes et dans un bar situé à 500 mètres de cette même salle polyvalente. Les participants seront auditionnés. Au total, 250 personnes vont être entendues. 

- Maelys a été vue pour la dernière fois à 3h du matin et après une recherche vaine menée par les invités, la gendarmerie a été alertée à 3h57. 

dietlind_baudoin_ce_mardi_apres_midi_a_bourgoin_jallieu.jpg

14h50 : La conférence de presse s'achève au tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu. Dietlind Baudoin martèle aux journalistes de "respecter l'intimité et la douleur de la famille et de ne pas perturber le bon déroulement de l'enquête parce que c'est enlever des chances de retrouver Maelys"

14h40 : "Tant qu'il y aura de l'espoir de retrouver la petite Maelys, il est naturellement inenvisageable de baisser la garde et d'arrêter nos recherches" avance le Colonel Marzin. 

14h38 : "D'importants moyens ont été mobilisés. Des plongeurs ont sondé le Guiers, sur les différents cours d'eau à proximité et des recherches terrestres. Ce gros dispositif continuera et s'élargit au fur et à mesure que les heures passent pour identifier une piste de travail. Nous repassons aux endroits ratissés pour être certains que nous ne manquions aucun élément" détaille le Colonel Marzin.

marzin.jpg

14h37 : La fouille du domicile du gardien de la salle des fêtes et la saisie de sa voiture: "Il s'agit de vérifications pour fermer toutes les portes"

14h34 : "La quasi-totalité des personnes présentes au mariage a été auditionnée. Deux autres soirées se tenaient à proximité et les personnes seront entendues"

14h32 : "La piste criminelle à ce stade n'est plus écartée" 

conf.jpg

14h30 : Début de la conférence de presse de Dietlind Baudoin, Procureure de la République de Bourgoin-Jallieu, aux côtés du colonel Marzin, patron du groupement des gendarmes de l'Isère et du lieutenant-colonel Plunian, commandant de la Section de Recherches de Grenoble.

11h20 : Une conférence de presse sera donnée à 14h30 par la Procureure de la République de Bourgoin-Jallieu, Dietlind Baudoin. 

11h08 : Le domicile du gardien de la salle des fêtes de Pont de Beauvoisin Isère a été fouillé par la Police Scientifique et sa voiture blanche est saisie. 


8h30 : Les recherches reprennent à Pont de Beauvoisin Isère pour essayer de retrouver Maelys. Selon nos informations, des plongeurs sondent à nouveau les eaux du Guiers, en amont et au sud du Pont qui relie la commune à Pont de Beauvoisin Savoie. Lundi le réseau souterrain autour de la salle des fêtes a été inspectés par des gendarmes spécialisés en spéléologie. 


Lundi 28 août 2017

12h20 : "À ce stade au regard du temps écoulé depuis la disparition de la jeune fille et des moyens déployés pour la retrouver, aucune piste, accidentelle ou criminelle, n'est écartée" annonce dans un communiqué Dietlind Baudoin, la Procureure de la République de Bourgoin-Jallieu. "Les investigations se déroulent dorénavant sous la qualification d'enlèvement" poursuit la magistrat avec la co-saisine de la Section de Recherches de Grenoble et de la Compagnie de la Tour du Pin, des brigades de la Tour du Pin et de Pont de Beauvoisin Isère. 

20170828_121221.jpg

10h15 : Des gendarmes arrivent à la salle des fêtes qui vient d'être laissée libre. Les mariés et quelques convives ont rangé la salle polyvalente dans un climat forcément très pesant. 

20170828_121053.jpg

9h30 : Alors que les auditions des invités du mariage sont menées, les journalistes font le pied de grue devant le portail de la salle des fêtes qui accueillait samedi soir le mariage. 

9h : Les recherches reprennent activement après une première journée très dense mobilisant 100 gendarmes épaulés d'un hélicoptère, de trois équipes cynophiles et des militaires de la brigade Nautique d'Aix les Bains. Selon nos éléments, les chiens ont marqué l'odeur de Maelys tout autour de l'enceinte de la salle des fêtes mais pas plus loin. 


Dimanche 27 août 2017

appel_temoins_complet.jpg

Le Parquet de Bourgoin-Jallieu lance un appel à témoins après la disparition inquiétante de Maelys De Araujo.

Cette fillette de 9 ans participait à un mariage à la salle polyvalente de Pont de Beauvoisin Isère où 180 personnes étaient réunies pour la fête. Maelys a été vue pour la dernière fois ce dimanche 27 août 2017 à 3h du matin. Les gendarmes Pontois ont été alertés un peu avant 4h du matin par les proches de l'enfant qui vit dans le Jura avec ses parents et sa soeur aînée âgée de 12 ans. 

Maelys a la peau mate, les yeux marrons, les cheveux châtains. Elle mesure 1m30 pour 28 kilos. Au moment de sa disparition, elle portait une robe blanche sans manches, des nu-pieds blancs et était coiffée d'une tresse jusqu'au milieu du dos. 

Si vous pouvez donner des informations, contactez sans attendre les gendarmes de Pont de Beauvoisin Isère au
04 76 37 00 17 


maelys_appel____t__moins.jpg














 

A lire aussi...

  • 1
  • 2
  • 3